Economie, Energie et Prospective

Ressources et disponibilités forestières

Face aux enjeux qui pèsent sur les ressources ligneuses, l’interrogation majeure est de déterminer les biomasses disponibles pour le marché. L’absence d’une connaissance suffisamment précise de la ressource et de sa disponibilité obère la capacité de mettre en œuvre une stratégie de sécurisation des approvisionnements biomasses et/ou d’investissement.

Bien que la biomasse soit la première ressource énergétique renouvelable et que  son usage participe à la lutte contre le renforcement climatique, sa mobilisation en quantité, et qualité pose question, et ses flux actuels sont eux-mêmes sources d’interrogations. Les données brutes sont faibles, discontinues ; leurs exploitations hétérogènes et diffuses, partagées entre domaine public et privé.

FCBA s’appuie non seulement sur une solide expérience dans le domaine des études de ressource, mais se distingue aussi par sa connaissance des métiers représentatifs de la filière forêt-bois-papier. Les experts de FCBA sont à même de retranscrire les besoins en terme de qualité et de quantité de bois à mobiliser.

La méthodologie d’étude employée permet de proposer plusieurs scenarii de gestion sylvicole et d’intégrer éventuellement les apports de biomasse agricole disponible sur la zone
géographique étudiée. La maîtrise des aspects économiques, qu’ils concernent l’exploitation forestière, la logistique ou le coût de la matière première, constitue un atout majeur pour ces études qui disposent ainsi de critères de décision pertinents pour orienter les stratégies d’approvisionnement ou d’investissement.

> En savoir plus sur les études de ressource

> Voir fiche produit Etude de disponiblité

-------------------------------------------------------------------------------------

Etude de disponibilité en bois pour l’énergie et les matériaux en France, à l’horizon 2035

La France s’est fixé des objectifs ambitieux en matière de consommation de bois à l’horizon 2035. Les études nationales antérieures ont confirmé la capacité de la forêt à supporter une augmentation importante des prélèvements. Cependant, des tensions sur les ressources les plus aisément exploitables sont apparues face à l’enjeu d’une utilisation accrue de la biomasse pour l’énergie.
L’objectif de l’étude est de produire des informations de référence sur les volumes de bois exploitables à l’horizon 2035 en quantité et en qualité, afin de contribuer à l’élaboration des politiques forêt-bois nationales et régionales.
Une estimation précise et réaliste des volumes de bois exploitables à l’échéance 2035 a été permise par l’utilisation de données inédites comme les mesures directes des prélèvements en forêt, la cartographie des forêts privées dotées d’un plan simple de gestion et les cartes des zonages réglementaires.
Nous avons également évalué les capacités de la forêt française à satisfaire les différents objectifs de production qui lui seraient assignés pour les 20 prochaines années en les confrontant à des scénarios prospectifs de demandes industrielle et énergétique.
Cette étude a été financée par l’IGN, l’ADEME et la COPACEL.

En savoir plus:

> Tome 1          > Tome 2           > Tome 3          > Présentation

-------------------------------------------------------------------------------------

Le GIE « GAO », qui  rassemble les acteurs de la R&D des filières céréalières et oléo-protéagineuses autour de la thématique des usages non alimentaires de la biomasse agricole, s’associe à FCBA.

Chacun a engagé depuis plusieurs années des travaux qui ont permis d’élaborer des outils d’estimation des quantités de biomasse disponible à une échelle territoriale, outil à disposition des acteurs porteurs de projet (méthanisation, combustion …).

L’originalité de ces travaux et résultats est d’inclure les dimensions de conflit d’usage (ex : pour les pailles de céréales entre l’élevage et des usages énergétiques) ainsi que les éléments agronomiques (quel impact sur la matière organique des sols de l’exportation de biomasse par rapport à la restitution à la parcelle).

Leur force est aussi de se vouloir résolument ancrés dans la réalité des pratiques des productions agricoles et forestières et aujourd’hui de partager leurs expertises.

Ensemble, et en partenariat avec tous les utilisateurs qui le souhaiteront, ils proposent la constitution d’une « plateforme » rendant accessibles à chacun les différents outils existants d’évaluation des gisements en biomasse agricoles et forestières, économiquement accessibles et durables, dans une logique d’inter-opérabilité.

Ce projet structurant sur une problématique d’avenir s’inscrit dans les perspectives qui émergent dans le cadre de la « COP 21 ».

> Téléchargez le dossier de presse "La biomasse énergétique prépare son avenir"