Les variations dimensionnelles ne sont pas les mêmes selon le sens du bois. En effet, le bois, prélevé sur un arbre qui pousse en hauteur et croît en diamètre, est un matériau anisotrope, et ne se comporte donc pas de la même façon selon la direction considérée. On identifie 3 directions dans le bois:
- la direction axiale ou longitudinale, qui correspond à la direction verticale de l'arbre qui pousse
- la direction radiale, qui sectionne tous les cernes d'accroissement et passe par le centre de la grume
- la direction tangentielle, obtenue en coupant la grume sans passer par son centre, et donc tangente à l'un des cernes d'accroissement.
Chacune de ces 3 directions se comporte différemment, et il y a donc 3 coefficients de retrait pour chaque essence de bois.
Le retrait dans le sens longitudinal, c'est-à-dire le sens des fibres du bois, est toujours à peu près nul.
Par contre, dans les deux sens radial et tangentiel, ce retrait est non négligeable. En pratique, le retrait tangentiel (Rt) est toujours supérieur au retrait radial (Rr). Imaginons d'ailleurs qu'on arrose les fibres du bois : elles gonfleront en diamètre, mais leur longueur n'augmente pas.

Les bois en intérieur sont généralement entre 8 et 12% d'humidité; les bois en extérieur et dans la construction entre 13 et 22%.
Si le bois est installé trop sec ou trop humide, il va gonfler ou se rétracter jusqu'à arriver à son humidité d'équilibre. Les bois de fortes sections peuvent donc travailler aussi, dés lors qu'ils ne sont pas installés à la bonne humidité

Deux types de classements normalisés existent pour les sciages européens :

- l’un selon l’aspect du bois pour les sciages résineux et les rebuts de chêne et de hêtre,
- l’autre selon la résistance mécanique pour les bois  destinés à des usages structurels.

Ces classements sont disponibles sur le site www.fnbois.com  : classements usuels
Il existe également des classements spécifiques pour d’autres provenances : bois du nord, bois américains, bois africains,…etc