INTERMODBOIS : Conditions de l’intermodalité pour la filière bois

INTERMODBOIS : Conditions de l’intermodalité pour la filière bois
24.032012
DateProjet terminé
Créer les conditions du report modal vers le fer (de proximité ou non) en travaillant avec les utilisateurs potentiels et les nouveaux acteurs était l’enjeu de ce projet. Il s’est décliné en plusieurs phases : diagnostics de la filière bois et du ferroviaire, focus sur des maillons importants de la chaine, définition de schémas multimodaux et études de cas.

Les transports de la filière bois (intrants) sont à 95% assurés par la route, en raison de leur distance moyenne (85 km) et de la fermeture de nombreuses gares bois par la SNCF en application des plans Fret successifs. En outre, la nature des productions (rondins, grumes, produits connexes, bois énergie, etc.) détermine le choix modal.
Le transport ferroviaire était auparavant un mode utilisé pour l’acheminement des bois en longue distance. Le plan Fret initié en 2003 marquait la volonté de la SNCF de se désengager de son activité bois, déficitaire, en imposant des hausses importantes de prix sans pour autant améliorer la qualité du service. L’approvisionnement à longue distance des unités a été grandement perturbé, ce qui a causé également des tensions sur la capacité du transport routier. Les nouveaux opérateurs ferroviaires, encore insuffisamment implantés, n’étaient pas en mesure de mettre en place des trafics peu massifiés. Le contexte devenant plus favorable avec la mise en place des Opérateurs Ferroviaire de Proximité (OFP) représentait une nouvelle chance pour ce transfert.

Pourquoi une recherche sur la filière bois ?

Les transports de la filière bois (intrants) sont assurés en quasi-totalité par la route en raison des distances d’approvisionnement souvent inférieures à 100 km et au manque d’offre du ferroviaire. Pourtant, le mode ferroviaire restait une option pour les entreprises du bois et était nécessaire pour accompagner les objectifs du Grenelle de l’environnement.

La filière bois est typiquement une filière difficile pour le transport massifié : la forêt représentant 28% de la surface nationale, les flux liés à la récolte de bois sont diffus, différents d’une année sur l’autre et incertains (intempéries, tempêtes), demandent nécessairement le transport routier pour aller chercher les bois en forêt, approvisionnement d’entreprises de taille très diverse.

Objectifs

L’objectif d’IntermodBOIS a été de définir les conditions du report modal du bois vers le fer (de proximité ou non) en travaillant avec les utilisateurs potentiels et les nouveaux acteurs. Le projet s’est décliné en plusieurs phases : diagnostics de la filière bois et du ferroviaire, focus sur des maillons importants de la chaine, définition de schémas multimodaux et études de cas.
Centré sur la région Bourgogne, ce projet IntermodBOIS a permis d’élaborer une méthodologie de recherche/action pour engager une approche collaborative sur 2 dimensions : les filières et les territoires. Les questions de création de valeur, de « qui gagne quoi », d’évaluation de la qualité des maillons de la chaîne de valeur ont été nécessairement abordées en :

rencontrant et faisant participer les acteurs,

se focalisant sur 2 études de cas caractérisées par du « multi-points vers 2 grandes unités » situées hors de la Bourgogne (bois ronds ou mixte bois ronds/plaquettes de scierie).