MOVAP : performance des finitions extérieures pour bois

MOVAP : performance des finitions extérieures pour bois
12.102020
Mots-clésFinition
Secteur
2de transfo & Construction
DateProjet terminé
Le projet MOVAP « Modélisation du vieillissement artificiel des produits de peinture pour bois », financé par le Conseil Régional de la Nouvelle Aquitaine a récemment mis en évidence l’intérêt de contrôler les variations de dureté et de brillance de finitions extérieures exposées au vieillissement. A l'heure actuelle, ces deux critères ne sont pas utilisés pour évaluer les performances des finitions selon les normes EN 927. Pourtant le projet montre que ces deux grandeurs sont indicatrices des performances du revêtement, qu'elles sont corrélées et permettent de détecter des microfissurations du revêtement avant que celles-ci ne soient visibles à l’oeil.

Contexte de l'étude

En Europe, les critères de performance des systèmes de finition sont répertoriés dans la norme EN 927-2. Ils reposent sur l’évaluation obligatoire du cloquage, du craquelage, de l’écaillage et de l’adhérence après 12 mois de vieillissement naturel (EN 927-3), ainsi que sur l’évaluation de l’absorption d’eau (EN 927-5). Pour les revêtements appliqués par pulvérisation, la présence de microbulles dans le film sec doit également être évaluée dès lors que le système de finition est destiné à la catégorie d’usage « stable » (telle que définie dans EN 927-1). Un cloquage est le signe d’un manque de transmission de la vapeur d’eau à travers le film de revêtement. Il est rarement rencontré avec les finitions en phase aqueuse actuelles.

Par conséquent, parmi les critères de performance énumérés ci-dessus, le premier signe visible de dégradation du revêtement, lors du vieillissement et de la vie de l’ouvrage, est le craquelage. Cette fissuration de la finition conduit ensuite à un écaillage du revêtement et à une perte d’adhérence. Dès lors que le film est fissuré, la barrière à l’eau procurée par la finition au matériau bois n’est plus assurée. Anticiper cette fissuration, et surtout l’éviter, est un enjeu majeur pour le développement de finitions performantes pour le bois en extérieur.
Durant le projet MOVAP, le vieillissement artificiel de deux finitions a été étudié par une analyse des variations de dureté Persoz et de brillant, en complément des traditionnelles cotations visuelles préconisées par les normes EN 927.

Principaux résultats

Deux finitions ont été appliquées en 3 couches sur pin sylvestre, selon les recommandations de leur fiche technique. La finition 1 était une peinture blanche en phase aqueuse à base de résine acrylique. La finition 2 était une lasure semi-transparente en phase solvant à base de résines alkydes.

Changements visuels produits par le vieillissement

La peinture blanche (Finition 1) n’a présenté aucun défaut lors du vieillissement et aucun craquelage n’a été observé. La lasure semi-transparente (Finition 2) a présenté un changement d’aspect plus marqué que l’oeil de l’opérateur a attribué à des changements de brillant au cours du vieillissement. Elle n’a montré aucun craquelage perceptible à l’oeil. Ces deux produits sont donc considérés comme performants.

Financeur du projet :
Région nouvelle aquitaine