Pesée embarquée pour l’appro en plaquettes forestières

Pesée embarquée pour l’appro en plaquettes forestières
L’offre en matière de système de pesée embarqué a beaucoup évolué ces dernières années avec notamment l’arrivée des systèmes constructeurs qui complètent l’offre historique des équipementiers.

Objectifs

  • Comparer deux systèmes de pesée embarqués (système constructeur vs équipementier) et leur sensibilité en fonction des conditions de mesure,
  • Diffuser des bonnes pratiques
  • Quantifier les bénéfices d’un système de pesée embarqué

La finalité est d’améliorer les performances de transport de biomasse énergie dans la filière française.

La bio-économie est identifiée par la France comme une des clés essentielles pour une croissance verte et pour lutter contre le changement climatique. Ce modèle économique induit notamment la promotion d’une production accrue et durable de biomasse. La filière forêt-bois française est une composante importante de ce modèle et fournit d’ores et déjà 38 Mm3 (Agreste, 2016). Le développement de la bioéconomie implique donc d’accroître la durabilité économique et environnementale de la production de biomasse forestière.

La plaquette forestière est l’un des produits phares de la filière bois énergie française (2,54 Mt en 2016). La plaquette est issue d’une exploitation optimisée de « bois plus » : du bois qui n’est pas valorisable par la filière traditionnelle mais qui aujourd’hui est transformé en combustible de qualité. Elle permet la valorisation et l’amélioration des peuplements forestiers (cf. AMI DYNAMIC BOIS). Consommée par une part importante des chaufferies biomasse en France, elle constitue un puissant allié pour la transition énergétique de demain.

A la différence du transport de bois ronds ou d’autres filières, pour le transport de plaquettes forestières, la masse transportée ne peut pas être évaluée par l’outil de chargement en forêt. En conséquence, on observe des sous-charges de précaution qui réduisent l’efficacité de transport et parfois des surcharges de camions qui sont refusés à la réception. De plus, certaines chaufferies ne disposant pas de pont bascule, les transporteurs doivent réaliser un détour pour se faire peser ce qui est dommageable d’un point de vue économique et environnemental.

Le projet PESONS, soutenu par l’ADEME (appel à projets GRAINE), réunit un groupe d’acteurs représentatifs de l’ensemble des maillons de la chaîne d’approvisionnement en plaquettes forestières : GCF, ONFE (producteurs), BOIS ENERGIE FRANCE, ENGIE-COFELY, IDEX Energies (exploitants), MAUFFREY (transporteur), ASCOREL (équipementier), FCBA (centre technique industriel).