PHYTOFIBER - Valoriser la biomasse des sols pollués

PHYTOFIBER - Valoriser la biomasse des sols pollués
16.032023
DateProjet terminé
Le projet Phytofiber s’est déroulé pendant 3 ans et demi et avait pour objectif le déploiement d’une filière de valorisation de biomasses issues de sols pollués.

L’objectif général de PHYTOFIBER est le déploiement d’une filière de valorisation de biomasses issues de sols pollués, axée sur la production de produits manufacturés à base de fibres végétales.

Le projet montre les possibilités de plantations des sols contaminés, leurs valorisations sous forme de sites de production de biomasses adaptées et propose des utilisations de ces biomasses, autres que l’énergie.

Il s’appuie sur les dispositifs de phytomanagement en cours, BIOFILTREE (ANR) et PROLIPHYT (ADEME), pour l’approvisionnement en fibres et sur une forte complémentarité des partenaires du consortium.

Valorisation des fibres lignocellulosiques issus de sols pollués

La première valorisation concerne les fibres lignocellulosiques des gisements de bois existants issus de parcelles de phytomanagement, qui présentent une ressource complémentaire d’intérêt pour les industries françaises de la pâte à papier ou des panneaux de process. Des contraintes existent néanmoins, en termes de composition chimique ou de performances. Il s’agit donc de recueillir et chiffrer les valeurs limites, notamment en métaux, pour valider la compatibilité des biomasses avec les applications envisagées (panneaux à base de bois, pâtes à papier, extraits chimiques).

Afin de valoriser la biomasse produite, la faisabilité d’extraction ou de production des matériaux a été étudiée en laboratoire et niveau pilote. Plusieurs procédés ont été considérés, tels que la déstructuration de la matière pour utiliser les fibres, issues de défibrage, ou les particules, obtenues après broyage, pour production de panneaux de process, et un traitement chimique de type kraft pour la production de fibres cellulosiques pour papiers/cartons. L’implication d’un centre technique et d’un industriel producteur de panneaux garantit les résultats du projet et leur transfert industriel.

Valorisation des bio-composites à partir de fibres d’ortie

La seconde valorisation concerne les bio-composites à partir de fibres d’ortie (espèce accompagnatrice dominante sur les sites BIOFILTREE). Afin de valoriser pleinement cette ressource naturelle, une bonne compréhension de leur comportement et de leurs propriétés mécaniques ainsi que la maitrise de leur durabilité sont requises sous des conditions environnementales contrôlées.

La fabrication et l’évaluation des performances des matériaux composites fabriquées avec ces mêmes fibres ont été évaluées, selon les attentes des industriels du secteur. L’effort a été porté sur la réalisation de composites unidirectionnels, et ce afin d’exploiter au maximum les propriétés des fibres pour la production de ces matériaux à hautes performances. Malgré un potentiel de valorisation méconnu mais prometteur, une meilleure maitrise du dispositif agroforestier espèce ligneuse-ortie permettrait sans aucun doute d’innover dans le domaine du phytomanagement des sols pollués.

Intérêts environnementaux et sociétaux

Enfin, cette voie de phyto-stabilisation des sols et de valorisation des biomasses générées présente des intérêts notables en termes environnementaux et sociétaux, qui doivent toutefois être amplifiés par un plus large usage de cette solution. PHYTOFIBER vise donc à conduire l’évaluation des coûts et bénéfices d’un tel procédé, et de les comparer à des voies plus classiques afin d’en faire émerger les avantages.

De plus, les impacts économiques positifs attendus, sociaux et sociétaux seront évalués par une même démarche comparative. La valorisation des biomasses ligneuse et herbacée sera évaluée selon leurs caractéristiques physico-chimiques et leur définition réglementaire, afin de déterminer les débouchés potentiels (biomatériaux, pâtes à papier, panneaux, énergie, chimie).

replay webinaire